Trois ans après les attentats des barbares islamistes, la branche armée de la religion musulmane, les médias posent la question de savoir si la France est « toujours Charlie ». Outre l’absurdité consistant à savoir qu’est ce que « la France », « l’opinion publique » et tout ce genre d’abstractions, on a l’impression que s’il n’y a pas de manifestation tous les jours avec 4 millions de personnes, cela signifie que nous ne sommes plus Charlie. On a même l’impression qu’ils en rêvent, qu’ils aimeraient que se soit  désagrégée la solidarité laïque, le ras-le-bol du religieux, la quête démocratique, l’héritage humaniste qui fait le socle de l’utopie révolutionnaire de 1789 et de la Commune de Paris. IMG_3253

 

Bah non… On est TOUJOURS CHARLIE, les gars. Désolé.

Ça veut dire quoi ? Que l’on est pour l’éloignement du fait religieux (et de son cortège de pensées magiques et d’arrières mondes douteux) de la vie politique. Cela signifie que l’on refuse la pensée unique des monothéismes et de leurs psychorigidités communautaristes. Cela signifie que partout où l’on est il faut répondre pied à pied, mot pour mot, à l’infiltration grossière et sectaire des nouvelles formes de religion, les évangélistes et leur pseudo-modernité, les sionistes et leur intégrisme paranoïaque, les islamistes et leur lecture approximative du coran. De tout temps, les monothéismes  sont les 3 grands fléaux de la pensée. Il faut que leurs caciques comprennent que la république démocratique et citoyenne ne croit plus en dieu mais dans l’homme et dans la femme. Etre Charlie c’est aussi ‘accorder sa confiance à aucun prophète, ni d’ici, ni d’ailleurs. C’est ériger le scepticisme scientifique, celui basé sur le doute et la gnose comme gouvernail philosophique. Les valeurs républicaines, même inachevées, même imparfaites, ne sont pas négociables.

J’observe les cérémonies du 7 janvier 2018. Je vois le président de la république serrer dans ses bras les parents de Ahmed Merabet. Je vois Riss se recueillir devant le lieu du massacre. Je vois des gardes du corps regarder en l’air au cas où un crétin décérébré voudrait jouer au war game. Je vois des politiques et des institutionnels ensemble. Les commentateurs sur les plateaux vont bon train. Tiens, je ne vois aucun représentant de la religion musulmane ?… J’espère que je me trompe.

Plein de gens aimeraient nous faire croire que la France est un pays raciste. Non, la France n’est pas un pays raciste. Le communautarisme, en revanche, provoque, à n’en pas douter, un retour de réflexes xénophobes que le folklore religieux vient exacerber.

IMG_3367

Etre Charlie, cela signifie affirmer en tous lieux qu’ici on a le droit d’avoir une pensée individuelle, libre de blasphémer, de critiquer, de ne pas croire en dieu, de se moquer, de caricaturer, de dire des gros mots, de s’habiller dévêtu si on se sent mieux comme cela, de boire, de fumer,  de faire du rock, du rap, de la musique symphonique, du sport mixte, de la danse dans les rues,  des clips multi raciaux, de prendre soin des animaux, de faire du bio pour lutter contre les empoisonneurs industriels, de défendre les petites librairies de quartier, de boycotter amazon, de se déplacer à bicyclette à chaque fois que c’est possible, de ne pas croire au sacré mais de respecter l’Histoire, de lutter pour l’égalité des femmes et des hommes, de créer des écoles, des crèches et des maisons de la culture partout pour éviter que les bondieuseries incultes s’y infiltrent,  de refuser que des attardés nous fassent pédaler en arrière.

CECI EST NON NEGOCIABLE.

IMG_3041ez mon imprimeur du XVIIIème arrondissement de Paris